L’éclair de génie préféré de Gwenaëlle

C’est mon premier billet pour un blog mais il y a un début à tout. Only Choux a fait appel à mes papilles pour vous raconter mon expérience gourmande suite à la découverte des éclairs de L’Eclair de Génie by le chef pâtissier Christophe Adam.

Tout a commencé suite à une publication d’Only Choux (4 janvier 2017) sur Facebook au sujet de l’éclair galette de Christophe Adam. Les photos attisent mon appétit et surtout ma gourmandise. Ironie du sort, avec mon amoureux, nous avons prévu de nous rendre à Paris quelques jours plus tard. Nous nous sommes dit qu’à l’occasion, nous goûterions un éclair ou deux mais rien n’était décidé. Déjà bien accaparés par notre programme, nous ne voulions pas faire un détour exprès pour une gourmandise. Les tentations sont bien assez nombreuses à la capitale.

A Paris, nous avons fait ce que nous avions prévu : expo et ballades.

En arpentant les rues de la capitale, nous sommes tombés par hasard sur une des boutiques de Christophe Adam (14 rue Pavée, Paris IV). Chic chic chic ! Mes yeux sont devenus tout ronds à la vue de la vitrine, ma bouche s’est grande ouverte… même si nous sortions tout juste de table… Gourmandise quand tu nous tiens !

eclair de genie 2

Ni une ni deux, nous sommes rentrés dans la boutique et avons choisis l’éclair galette. C’était de circonstance. Goûter un deuxième éclair, s’impose vite à nous. Mais que prendre ? Mon chéri a tranché et a pris l’éclair Caramel praliné noisette. Il l’a trouvé bien joli. A savoir que mon amoureux n’est pas trop fan des éclairs. Alors, nous sommes sortis de la boutique bien heureux et avons continué notre ballade. Nous nous sommes rendus place des Vosges, un petit coup d’œil à la vitrine des thés Damman frères (alors qu’une boutique s’est ouvert à Lyon). Par hasard, nous passons devant la boutique de Christophe Michalak… C’est fou, ces pâtissiers s’appellent tous Christophe (« Tous les pâtissiers s’appellent Christophe, tu vois un peu l’époque … »).  Nous devons rentrer par le TGV de 17h, nous sommes pressés de déguster nos douceurs dans le train.

Arrivés à Gare de Lyon, nous voyons un grand nombre de trains avec beaucoup de retard… Grrrrrr. En plus, il fait froid et nous avons hâte d’être au chaud, d’être chez nous et de retrouver notre grosse boule de poil (à savoir, un chat : Pitre). D’abord, 20 minutes de retard. Puis les opérateurs de la SNCF nous font changer de hall. Puis 30 minutes de retard… Grrrrrrrrrrrrrrrrr. On tape des pieds et des mains pour se réchauffer. L’avantage est que les éclairs restent bien au frais. Au bout de 40 minutes d’attente, la SNCF nous invite à prendre notre TGV rapidement. Le train part au bout de 61 minutes de retard. Cela veut dire que la dégustation est reportée de tout autant.

Après cette attente interminable, nous voilà enfin installés. Pfiou ! Nous espérons que les éclairs ont tenu le choc (ballade, précipitation, métro…). Ô joie ! Les éclairs sont intacts ! Ô les papilles se réveillent ! Place à la dégustation !

Comme d’habitude, nous partageons les douceurs. Nous essayons de répartir équitablement les 12.5 cm x 2 de plaisir qui s’offrent à nous…

eclair de genie 3

J’entame l’éclair galette milles feuilles (n°251)… Le feuilletage pur beurre est un pur délice. J’adore le beurre (« le gras c’est la vie »). Dans ces moments-là, on s’imagine bien les milles feuilles. La crème pâtissière est à la vanille de Madagascar façon frangipane. Pas assez de vanille à mon goût. L’éclair manque un chouïa de garniture. J’aime les éclairs presque dégoulinants. Cette première découverte est satisfaisante. Cependant, ma dégustation n’est pas à la hauteur de mon imagination.

Seconde mi-temps avec l’éclair Caramel praliné noisette (n° 217) ! Le glaçage… mmm, ce glaçage est à tomber ! Le caramel est doux, sucré comme il faut. Et sa couleur est belle : un joli brun tirant vers l’ébène. Il est brillant. L’éclair est parsemé de petites noisettes caramélisées. Mmmm les noisettes ! Leur goût est doux. Elles ne sont pas trop grasses. Première étape de dégustation: tip top.  Mes papilles sont ravies ! Place à la garniture ! La crème est au pralin. La garniture est présente de deux façons : la crème au pralin + le pralin avec morceaux et caramel. Le pralin avec des morceaux, l’idée est géniale et respecte le produit (Périco sort de ce corps). Le rappel du glaçage caramel au sein de la garniture est juste parfait. L’association est agréable. La crème pâtissière adoucit l’ardeur du pralin. J’ai trouvé cela original.  Et j’en redemande ! La garniture est bien plus présente et savoureuse.  Ces 6 petits centimètres ne sont pas suffisants. Mais alors pas du tout.

Bref. Gros coup cœur pour l’éclair Caramel praliné noisette ! A quand un autre week-end à Paris ? J’ai hâte de goûter de nouveau à cette combinaison gagnante pour satisfaire ma gourmandise et de pouvoir découvrir les autres parfums. Je serai tentée par l’éclair au citron yuzu (j’adore les agrumes)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *